AH-VH

Quels sont les symptômes classiques de l’hémophilie ?

Dans la plupart des cas, des traumatismes mineurs (coupures, éraflures) n'entraînent pas de conséquences importantes. L'application d'une pression locale se révèle généralement suffisante pour interrompre l'hémorragie. Les patients sévèrement affectés sont à risque de développer des hémorragies internes dans les articulations (hémarthroses), les muscles et les tissus mous. Ces hémorragies internes sont les principaux symptômes de l'hémophilie.

Chez toute personne, les activités de la vie quotidienne peuvent être responsables de petites déchirures au niveau des muscles et des articulations. Normalement, ces lésions demeurent insoupçonnées et guérissent d'elles-mêmes. Chez les patients hémophiles cependant, ces lésions mineures peuvent saigner de façon prolongée. Ces hémorragies sont généralement qualifiées de spontanées parce qu'elles se produisent sans qu'une cause puisse être clairement identifiée.

L'apparition d'une douleur, d'une irritation et d'une gène locale sont les signes habituels indiquant au patient hémophile qu'une hémorragie vient de débuter Si un traitement n'est pas rapidement administré, une douleur, une raideur et une limitation de ses mouvements peuvent apparaître. Le site de l'hémorragie devient chaud, gonflé et de plus en plus tendu. En l'absence de traitement, la douleur peut devenir extrêmement sévère. Si un saignement intra-articulaire se produit, le sang épanché peut à long terme provoquer des lésions articulaires sévères.

La plupart des hémorragies se produisent dans les grosses articulations des coudes, des genoux ou des chevilles. Ces saignements internes peuvent varier en fréquence de 3 à 4 fois par an à plus de 3 fois par semaine pour les patients sévèrement affectés. La fréquence des hémorragies peut augmenter suite à un stress, un changement climatique ou sans cause bien identifiable. Les enfants saignent généralement plus que les patients adultes.